Dans la vie soyons honnête, les choses les plus drôles, les plus folles, les plus extraordinaires voir les plus cocasses qui nous arrive, nous arrive bien souvent quand on sort de notre “zone de confort”, qu’on tente une expérience, qu’on prend des risques !  Par contre parfois quand on choisit la nouveauté, on se retrouve à se dire :” Mais comment je me suis retrouvée dans cette galère ? “. Cette phrase est le parfait résumé de mon expérience Tinder.

Tinder a été créé en 2012 et en 2012 je disais déjà que c’était “de la merde” (une pensée pour Jean Pierre Coffe  !). Je me rappelle vivement que la première fois que j’ai entendue parler de cette application de rencontre j’ai pensé en mon fort intérieur (lire avec une voix de vielle fille aigrie vous aidera à mieux me cerner !) : ” Parler par écran de téléphone interposés avec quelqu’un qu’on a jamais vu plutôt que de se rencontrer au bistrot du coin, quel dommage! C’est bien triste pour la jeunesse. Le monde change vraiment et pas en bien à mon avis !”. Est-il nécessaire de préciser que j’avais la vingtaine à l’époque et que je n’avais encore rien vu ?! Donc pour la faire courte, d’aussi loin que je me souvienne j’ai jamais accroché avec le concept des rencontres en ligne (quel que soit le site ou l’application choisie !).

Et nous voilà transporter en 2019… Après une rupture et face à ma difficulté à rebondir, je ne me sens plus aussi fermée que précédemment face à ces petits bonus technologiques qui semblent destinés à nous simplifier la vie ! Et puis j’ai 30 ans maintenant… Je n’ai plus le courage de me pomponner avant de sortir dans les bars (déjà parce que cacher mes cernes qui étaient inexistantes en 2013 ça prend aujourd’hui un temps considérable). Je n’ai pas envie de sortir un samedi soir alors qu’il fait froid et que la saison 3 de The Crown vient de sortir sur Netflix (je n’aurais raté la passation de pouvoir entre Claire Foy et Olivia Colman pour rien au monde !). Je n’ai pas envie d’aller prendre le risque de me faire agresser sur le chemin du retour (prenez le temps de regarder la vidéo suivante :

https://www.brut.media/fr/international/ce-que-les-femmes-font-par-securite-quand-elles-rentrent-tard-le-soir-53673dad-3d1d-4ba2-b317-91821ae6c2f7

Bref si Tinder permet à la flémarde de trentenaire que je suis de me faire draguer en restant le cul poser sur mon canapé et dans une relative sécurité pourquoi ne pas tester ? Et me voilà en cet hiver 2019 en train de télécharger Tinder sur l’Apple Store. Je créé mon profil avec les photos de moi les plus flatteuses (tant pis si mon premier rendez-vous ne me reconnais pas en vrai !). Je découvre les subtilités du swipe droite/ gauche. Je découvre qu’on est nombreux à pas savoir ce qu’on fou là, je découvre des timides, de gentils, des robots (ou des mecs qui m’écrivent dans un français plus qu’approximatif depuis l’autre bout de la planète !). Et malheureusement, je découvre que les gros lourds en on eut marre de se faire envoyer paitre dans les bars et qu’ils se sont donnés rdv sur Tinder pour emmerder la femelle (” Et non Ducon ta façon me demander si je m’épile la ch*** avant même de me dire bonjour ce n’est pas de la drague, c’est pas sexy : c’est le comble du mauvais goût !). Et en à peine une semaine dans l’univers “tinderesque”, je me demande déjà : ” Mais comment je me suis retrouvée dans cette galère ?” A deux doigts de désinstallé l’app, j’entame pourtant une conversation avec John (non il s’appelait pas comme ça mais j’écris cet article 1 an plus tard alors faut pas trop me blâmer !). Et là on accroche. On échange tous les jours de long mail (oui c’est échangé nos adresses mail pour communiquer plus longuement sans pour autant prendre de risques !) il me fait rire, il me trouve attachante… On décide rapidement de se rencontrer. Le rendez-vous est pris pour un samedi soir dans un petit bar à Mojito sympa. En me préparant je tremble légèrement : ” Et si il était vraiment con? Ou méchant ? Et si c’était un tueur en série ? Il a dit non quand je lui ai demandé mais bon je vais pas le croire sur parole, je le connais pas moi ce John !” Et pourtant je finis par me rendre au rendez-vous. On passe un super moment, la conversation est fluide et les mojitos délicieux. En sortant du bar, il me dit qu’il fait des très bonnes pâtes, parfaites pour éponger le Rhum, me demande si ça me dit de prolonger la soirée chez lui et se penche pour m’embrasser. J’ai connu de très mauvais baisers (trop baveux, trop de langue, pas assez…) et celui-là n’en fait pas partie ! Et pourtant quand ses lèvres ont touchés les miennes j’ai compris que je ne souhaitais pas prolonger ce match Tinder dans la vraie vie. Oui John était drôle, mignon et sympa… Mais l’étincelle, le petit truc qui tord le bide quand on est avec une personne qui nous attire, ça, ça manquait cruellement. Et me voilà, après m’être excusé auprès de John, en train de rentrer chez moi seule et de me poser à nouveau la même question : “Mais bordel comment je me suis retrouvée dans cette situation ?” (Oui j’ai rajoutée “bordel” parce que la situation mérite bien un gros mot !)

Après ce premier rendez-vous manqué, j’ai effacé l’application sans regrets. Mais voilà, au printemps 2020, je vous refais pas le topo, on a été confiné pendant près de deux mois. Ce manque d’interaction sociale a été un point déterminant pour moi (cf : mon article “Il était une fois”) et ça a réveillé en moi l’envie de me remettre en selle (ce n’est pas une allusion grivoise, enfin si, un peu !) … J’ai donc téléchargé Tinder à nouveau … Mais je n’ai pas eu la même approche que la dernière fois: Ne swiper à droite qu’en cas d’IMMENSE coup de cœur pour la bio et les photos d’un garçon. Et malgré ce processus que je pensais plus intelligent, je suis encore tombée sur des cas et j’ai eu des déceptions… La banalité des propos que j’échange sur Tinder me désole : “Salut ça va ? Tu fais quoi ici ?” c’est l’entrée en matière de 80% des garçons, suivie de près par les descends direct de Didier Bourdon dans le sketch des Inconnus “Tournez ménages” et son fameux “Ingrid est-ce que tu baises ?”… J’ai un peu perdu espoir de trouver celui qui va me faire chavirer… Les rencontres en ligne c’est pas pour moi, et quand je me fais la promesse de me remettre à sortir pour rencontrer du monde, cernes ou pas cernes, froid ou pas froid, The Crown ou pas (non si il y a une nouvelle saison de The Crown qui sort, je reste chez moi, je veux bien flirter mais faut pas exagérer quand même !) on est en plein deuxième confinement. Les bars, restaurants et lieu de sortie sont fermés et je me vois pas noté sur mon attestation “motif de sortie : draguer des hommes dans un parc!”. Tant pis j’attendrai des jours meilleurs mais cette fois-ci je supprime Tinder et je n’y reviendrai pas …

Mais tiens, c’est qui ce beau gosse au sourire tordu ? Allez un dernier swipe vers la droite pour le fun ? Non, je supprime Tinder et je retourne à la drague dans la vraie vie, même si là aussi ça pourrait se finir par un : “Mais comment je me suis ENCORE retrouvée dans cette galère ?”

Ressources:

Si vous êtes célibataire et que l’aventure Tinder vous tente ne laisser pas mes mésaventures vous arrêter. On connait tous de très belles histoires de gens qui se sont rencontrés en ligne et qui vivent une belle histoire d’amour !

L’application Tinder est disponible sur l’Apple Store et sous Android.

Soyez toujours prudents et ne divulguez pas d’infos personnelles.

Marion

*

*

*

In life let’s be honest, the funniest, craziest, most extraordinary things, funniest  things that happen to us, often happens to us when we leave our “comfort zone”, when we try an experiment, when we take risks! On the other hand, sometimes when we choose the unknown, we find ourselves thinking: “But how did I end up in this mess?” This sentence is the perfect summary of my Tinder experience.

Tinder was created in 2012 and I think in 2013, I was already saying that it was bullshit. I vividly remember that the first time I heard about this dating app, I thought in my inside voice (think of it as the voice of a bitter old maid!): “Talking through phone screens with someone we’ve never seen rather than meeting at the our favourite bar, what a pity! It’s very sad for young people. The world is really changing and not for the better in my opinion!” Is it necessary to clarify that I was in my twenties at the time and that I had not seen anything yet?! So to make it short, as far as I can remember I have never liked the concept of online dating (regardless of the site or application chosen!).

Now let me transport you in 2019… After a breakup and faced with difficulties to bounce back, I do not feel as closed as before in the face of these little technological bonuses that seem destined to simplify our lives! Plus, I’m 30 now… I no longer have the courage to pump myself before going out in bars (already because hidden my dark circles, that were non-existent in 2013, now takes a considerable time). I don’t want to go out on a Saturday night when it’s cold and season 3 of The Crown has just been released on Netflix (I would not have missed the transfer of power between Claire Foy and Olivia Colman for anything!). I don’t want to take the risk of being harassed on the way home (take the time to watch the following video: https://www.brut.media/fr/international/ce-que-les-femmes-font-par-securite-quand-elles-rentrent-tard-le-soir-53673dad-3d1d-4ba2-b317-91821ae6c2f7). In short, if Tinder allows the thirtysomething lazy girl that I’m to flirt without moving my ass from my couch and in relative security, why not giving it a chance? And here I am in this winter 2019 downloading Tinder from the Apple Store. I create my profile with the most flattering pictures of me (too bad if my first date does not recognize me in real life!). I discover the intricacies of right/left swipe. I discover that many of us do not know what we are doing there, I discover shy person, nice men, and robots (or people who write to me in French more than approximate from the other side of the planet!). And unfortunately, I discover that the dirt bags were tired of being say no to in bars so they decides to on Tinder to annoy the female (“And, No,  Dickhead the way you ask me if I wax my P*** before you even say hello, it’s not flirting, it’s not sexy: it’s the worst of the worst!). In barely a week in the “tinder” universe, I’m already wondering: “But how did I end up in this mess?” So close to uninstall the app, I still start a conversation with John (no his name was not John but it was a year ago, give me a break!). We get along quite nicely. We exchange long mails (yes we have exchanged our email addresses to communicate longer without taking risks!) he makes me laugh, he finds me endearing … We quickly decide to meet. Our first date is for a Saturday night in a nice little bar in Mojito. As I get ready, I get anxious: “What if he is a real jerk? Or mean? What if he is a serial killer? He said no when I asked him but hey I’m not going to take his word for it, I don’t know him, this John!” And yet I end up going to the date. We had a great time; the conversation is fluid and the mojitos delicious. When I leave the bar he tells me that he makes very good pasta, perfect food to sober up, he asks me if I want to continue the evening at his house and starts kissing me. I’ve had some very bad kisses (too drooling, too much tongue, not enough…) and this one is not one of them! And yet when his lips touched mine I realized that I did not want to extend this Tinder match in real life. Yes, John was funny, cute and friendly… However, the spark, the little thing that flutters in your stomach when you are with a person who attracts you, that was sorely missing. Here I am, after apologizing to John, asking me the same question again: “But how did I end up in this fucking mess?” (Yes, I added “fuck” because the situation deserves a cursed word!)

After this first half bad date, I deleted the application without regrets. But… In the spring of 2020, I’m not going to tell you again, we’ve been confined for almost two months. This lack of social interaction was a determining point for me (cf: my article “I était une fois” ) and it awakened in me the desire to get back in the saddle (it’s not a dirty allusion, well only a little!)… Therefore, I downloaded Tinder again… But I do not have the same approach as last time I only swipe right in case of extreme crush for the bio and pictures of a man. And despite this process, that I thought was smarter, I still find weird people and I am again disappointed … The banality of the words I exchange on Tinder saddens me: “Hi are you? What are you doing here?” is the first line of 80% of the boys, followed closely by the direct “Wanna fuck?”  I had lost hope of finding a man worthy of my time on Tinder. I made a promise to myself: to go out and meet people. Dark circles or not dark circles. Cold weather or not!  The Crown or not (No, if there is a new season of The Crown coming out, I stay at home, I want to flirt but I have my priorities!) . But as it turns out, we are in the middle of the second confinement bars, restaurant are closed. Too bad, I will wait for better days, and this time I delete Tinder for good! 

“But who is this handsome man with a crooked smile? One last swipe to the right, just for fun? ” No, i delete Tinder and start to flirt in real life again, aware that even in real life I might still end up saying: “How did I end up in this mess again?”

Resources: If you are single and the Tinder adventure tempts you, do not let my misadventures stop you. We all know beautiful stories of people who met online and are living a beautiful love story!  The Tinder app is available on the Apple Store and on Android.

Always be careful and do not disclose personal information.

Marion

Marion

Bienvenue sur le blog lifestyle optimiste "De vous à Ma".
Moi c'est MArion, 32 ans, je vis à Grenoble, je suis hôtesse d'accueil depuis bientôt 3 ans et j'adore mon job. Je partage mon quotidien avec Indi (mon chien) et Kuka (ma chatte). #thesinglelife
Je me passionne pour le fitness, le yoga, la lecture et l'écriture, le make-up, le skin care, la musique, les fringues, et les séries télé entre autre.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voit tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x