Contrairement à la plupart des gens je ne prends jamais de bonnes résolutions en début d’année car, à mes yeux, c’est toute l’année qu’il faut avoir à cœur les meilleures résolutions. Mais, pour donner une direction à mon année, je me fixe des objectifs. Pour 2021, j’ai comme objectifs de créer mon propre blog ( 🙂 ), de passer de 4 à 10 kilomètres lors de mes footings  et d’apprendre à méditer. Bienvenue sur le premier article de la série : Objectifs 2021 .

Depuis quelques mois maintenant, j’essaye d’apprendre à méditer ! Pour vous aider à visualiser ce début d’apprentissage, je vais vous donner une image simple. Vous voyez la scène dans Bambi, où Bambi se retrouve sur la glace pour la première fois : et bien ça, c’est moi et mon cerveau quand on essaye de méditer !

Très très représentatif !

Malgré la difficulté que je rencontre, je veux apprendre à méditer car je suis convaincue des effets bénéfiques de la médiation sur le corps et le mental.

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/vie-top-5-bienfaits-meditation-63685/

Donc si on résume cet article la médiation peut vraiment devenir un atout de taille dans nos vies : elle diminue le stress, l’anxiété et la dépression, elle stimule le cerveau, elle nous aide à gérer nos douleurs, elle est bonne pour le cœur et booste notre immunité (COVID tu ne passeras pas !). Même sans cet article, je suis déjà convaincue des avantages de la médiation notamment car de nombreuses personnes de mon entourage la pratique depuis longtemps et m’en vante les mérites.

J’ai suivi les recommandations de mon père (qui pratique depuis longtemps, qui est pédagogue et qui  sait de quoi il parle), j’ai cherché des articles pour débutants (tapez cette phrase sur votre moteur de recherche « La médiation pour les nuls » et vous allez voir tout ce qui est proposé pour débuter la médiation !), j’ai suivi des audio de méditation guidée ( là encore YouTube foisonne de vidéos sur le sujet ) … Bref j’ai écouté avec attention, lu avec intérêt, j’ai cherché, étudié… Voici donc où j’en suis : convaincue et prête à pratiquer. J’ai des bases saines et solides, seulement voilà, quand je me mets sur mon tapis au calme pour pratiquer : IMPOSSIBLE DE CALMER MON CERVEAU !

Je m’assure que mon chien a fait pipi et qu’il ne va réclamer sa sortie, d’avoir bouclé ma liste de choses à faire pour la journée, je mets mon portable en mode avion,  je m’installe aussi confortablement que possible sur mon tapis, je ferme les yeux, j’inspire et j’expire … et là :

«  Tu as pensé à réserver le véhicule de société pour Tartempion qui part en Allemagne jeudi ? »

« Comment les nudistes font pour nettoyer leurs lunettes ? »

« Tu te souviens de cette dispute en 2009 avec ta mère et ben tu aurais dû lui dire “ça” au lieu de “ça” ! »

«  On se lève tous pour Danette, Danette … Lalallallalallalla !!! »

Mon cerveau part dans des délires absolument hallucinants (à l’image des figures artistiques que Bambi réalise sur la glace avec ses petites pattes !). Et plus mon cerveau divague, plus ça m’énerve qu’il divague, et plus je suis énervée par les divagations de mon cerveau, moins je médite !

Alors je lui dis : «  Cerveau, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué j’essaye de méditer, je te serai gré de calmer ta joie et de remettre tes divagations à plus tard ! Non mais oh, c’est qui qui commande ? »  Ben figurez-vous que ce n’est pas moi ! 🙂 Une fois qu’il est lancé, impossible d’arrêter le cours de mes pensées, tout y passe, des jingles de pubs des années 90 a des questions philosophiques tout en passant par « Je me demande si mon ex pense à moi là ! ». 

C’est comme si tout en moi refusait d’appliquer le principe le plus simple de la médiation : la méditation c’est être dans l’instant présent !

A force de me confronter aux mêmes blocages constamment j’ai faillis baisser les bras et dire « La méditation c’est pas pour moi ! » mais j’ai décidé de ne pas lâcher. Je me suis mise à me poser les bonnes questions, c’est-à-dire :

Pourquoi je veux méditer ?

Pourquoi je bloque ?

Et de quoi j’ai besoin pour y arriver ?

J’ai réalisé que je suivais les recommandations des autres, que je mettais en pratique des conseils « génériques » et que je n’avais même pas pris le temps de chercher ce qui pouvait fonctionner pour moi. Et après quelques recherches, voici les soutiens que j’ai découverts et qui m’aident vraiment dans mon apprentissage :

*J’ai besoin de définir précisément avant de commencer le pourquoi de ma méditation. Par exemple, si je suis anxieuse avant d’attaquer ma pratique j’exprime à voix haute mon intention de me relaxer.  Si je suis fatiguée, j’exprime l’intention de me reposer. Je ne dis pas « j’ai besoin de me calmer, de me reposer… » mais « je vais me calmer, je vais me reposer ». Cette visualisation, cette expression claire du but de ma pratique m’aide à comprendre ce que je fais et cela prépare mon esprit à ce qui arrive.

*Je commence par définir mes sensations physiques : est-ce que je me sens raide, est-ce que j’ai mal au dos, est-ce que je me sens en forme, est-ce que j’ai chaud, froid. Cet exercice m’aide à contenir les divagations de mon cerveau et m’aide à me placer dans l’instant.

*Je me suis trouvé un mantra. Après de nombreuses recherches et surtout grâce à l’aide de la lecture de « Mange, prie, aime » (je vous renvoie à l’article de ce nom dans mes partages)  j’ai compris que la répétition d’un mantra durant la pratique méditative pouvait être un vrai appui pour rester dans l’instant. Le mien est « Om Namah Shivaya » qui se traduit littéralement par « je m’incline devant Shiva » mais, qui a une traduction spirituelle plus profonde « Je m’incline devant mon Moi Supérieur ». La répétition de ce mantra et l’image qu’il m’évoque m’aide vraiment.

*Et enfin de manière un peu plus cartésienne, si je peux dire, je fais un suivi écris de mon apprentissage. Mon cerveau répond bien aux stimuli visuels et le fait de lire et relire ce que je fais m’aide à visualiser mes progrès et m’encourage à continuer.

Et grâce à cela je m’améliore tous les jours. J’arrive à faire le vide et le calme en moi, ça ne dure pas assez longtemps à mon goût mais … Je ne suis plus Bambi toute seule sur un lac gelé car mes soutiens m’aident à me stabiliser, j’ai trouvé mon Panpan !

C’est plus facile comme ça !

D’ici quelques mois je ferai une suite à cet article pour vous dire où j’en suis.

Mais d’ici là, je suis curieuse de savoir: et vous alors, vous méditez ?

Marion.

Ressources :

Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance dans leur enfance de voir le merveilleux Bambi de Disney, je vous invite à commencer par ça! Et prévoyez les mouchoirs.

Pour vous guider, noter vos progrès et garder une trace de votre apprentissage je vous conseille le livre de Catherine Barry : Mon année de méditation.

https://livre.fnac.com/a8863166/Catherine-Barry-Mon-annee-meditation

Et pour approfondir le sujet et se cultiver Netflix vient de lancer une série :

Le guide Headspace de la méditation, Headspace jette un regard sympathique et animé sur les bénéfices de la méditation, et propose des exercices guidés et des techniques pour s’y mettre rapidement.

https://www.netflix.com/fr/title/81280926

*

*

*

Unlike most people, I never take resolutions at the beginning of a year because, in my opinion, it is all year round that you need to have the best resolutions at heart. But to give a direction to my year, I set goals. For 2021 I aim to create my own blog ( 🙂 ), to go from 4 to 10 kilometers during my running cessions and to learn to meditate.

Welcome to the first article in the series 2021 Goals.

For a few months now, I’ve been trying to learn to meditate! To help you visualize me learning process, I’ll give you a simple image: You see the scene in Bambi, where Bambi finds himself on the ice for the first time: well that’s me and my brain when we try to meditate!

Despite the difficulty I face, I want to learn to meditate because I am convinced of the beneficial effects of mediation on the body and mind.

So if we summarize this article mediation can really become a major asset in our lives: it reduces stress, anxiety and depression, it stimulates the brain, it helps us manage our pains, it is good for the heart and boosts our immunity (COVID you shall not pass!). I repeat that I am already convinced of the benefits of mediation, especially thanks to many people around me who have been practicing it for a long time and who have praised me for it.

I followed the recommendations of my father (who has been practicing for a long time, who is a good teacher and who knows what he’s talking about), I searched for articles about meditation for beginners (type this sentence on your search bar “Meditation for dummies” and you’ll see everything that is proposed to start meditating!), I followed audio guided meditations (again, YouTube is filed with videos on the subject) … In short I listened attentively, read with interest, I searched, studied … So here’s where I stand: convinced and ready to practice. I have a healthy and solid foundation only now, when I put myself on my carpet to practice: IMPOSSIBLE TO QUIET MY BRAIN!

I make sure that my dog has peed and that he will only ask to go out, to have completed this list of things to do for the day, I put my mobile on airplane mode, I settle as comfortably as possible on my carpet, I close my eyes, I inhale and I exhale … and there:

“Have you thought about booking the company vehicle for “what’s his name” which leaves for Germany on Thursday?”

“How do nudists clean their glasses?”

“You remember that fight in 2009 with your mother you told her “that” and you should have told her “that” instead!”

My brain is going into totally crazy mode.  And the more he rambles, the more it annoys me that he rambles and the more upset I am by the ramblings of my brain, the less I meditate!

So I said to him: “Brain, in case you haven’t noticed it I’m trying to meditate, I’ll be grateful if you can calm your joy and postpone your ramblings! Who’s in charge? Well, you can imagine that it’s not me! J Once it started it is impossible to stop the course of my thoughts, everything goes, from the jingles of 90s commercials, to philosophical questions even a little: “I wonder if my ex thinks of me now! » It is like I am refusing to apply the simplest principle of mediation: meditation is to be in the present moment!

By constantly confronting the same blockages I almost gave up and said “Meditation is not for me!” but I decided not to let go. I started to ask myself the right questions, that is:

Why do I want to meditate?

Why am I blocking?

And what do I need to get there?

I realized that I was following other people’s recommendations, that I was practicing “generic” advice, and that I hadn’t even taken the time to find out what might work for me. And after some research, here are the supports I discovered that really help me in my learning:

*I need to define precisely before I start the why of my meditation. For example, if I am anxious before attacking my practice I express out loud my intention to relax. If I am tired, I express the intention to rest. I don’t say “I need to calm down, to rest… but “I’m going to calm down, I’m going to rest.” This visualization, this clear expression of the purpose of my practice helps me to understand what I am doing and it prepares my mind for what is happening.

*I start by defining my physical sensations: do I feel stiff, do I have back pain, do I feel fit, am I hot, cold. This exercise helps me contain the ramblings of my brain and helps me to place myself in the moment.

*I found myself a mantra. After much research and especially thanks to the help of reading “Eat, pray, love” (I refer you to the article of this name in my shares) I understood that the repetition of a mantra during meditative practice could be a real support to stay in the moment. Mine is “Om Namah Shivaya” which literally translates as “I bow to Shiva” but, which has a deeper spiritual translation “I bow to my Higher Self”.” The repetition of this mantra and the image it evokes really helps me.

*And finally a little more Cartesian, if I may say so, I follow up on my learning. My brain responds well to visual stimuli and reading and rereading what I’m doing helps me visualize my progress and encourages me to keep going.

And because of that I get better every day. I am no longer Bambi alone on a frozen lake because my supporters help me stabilize, I found my Panpan.

Resources:

For those who didn’t have the chance in childhood to see Disney’s wonderful Bambi, I invite you to start with this! And plan the handkerchiefs.  

To guide you, record your progress and keep track of your learning I recommend Catherine Barry’s book My Year of Meditation.

And to deepen the subject and cultivate Netflix has just launched a series: The Headspace Guide to Meditation, Headspace takes a sympathetic and lively look at the benefits of meditation, and offers guided exercises and techniques to get started.

https://www.netflix.com/fr/title/81280926

Marion

Marion

Bienvenue sur le blog lifestyle optimiste "De vous à Ma".
Moi c'est MArion, 32 ans, je vis à Grenoble, je suis hôtesse d'accueil depuis bientôt 3 ans et j'adore mon job. Je partage mon quotidien avec Indi (mon chien) et Kuka (ma chatte). #thesinglelife
Je me passionne pour le fitness, le yoga, la lecture et l'écriture, le make-up, le skin care, la musique, les fringues, et les séries télé entre autre.

3 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voit tous les commentaires
trackback

[…] la tête. Parfois je lis, parfois je médite (Je vous invite à voir cet article : https://www.devousama.com/2021/01/15/objectif-2021-n1-japprends-a-mediter/ )… Et parfois je me pose dans mon lit, je mets un épisode d’Une nounou d’enfer et je […]

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x