Aujourd’hui, c’est la parution du premier article d’invité et je suis “on ne peut plus fière” de laisser la parole (ou la plume) à mon père. Si l’expérience vous tente, si vous avez envie de partager sur un sujet qui vous tient à cœur de manière anonyme ou pas, je vous laisse m’adresser votre texte à devousama@gmail.com. Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir le sujet que mon papa a choisit de partager avec vous. N’hésitez pas à commenter en toute fin de page pour partager votre avis avec Jacques !

Le choix de vivre seul dans un autre pays que celui de sa naissance nous lie-t ‘il à solitude, l’amène-t ’il avec lui?  Oui et non, toutefois solitude a une légère connotation négative attachée à ce qu’on croit être une obligation et non un choix. Or, c’est par choix que j’ai adopté la Thaïlande (et qu’elle m’a adoptée) parmi tous les pays où je suis passé. Et j’ai choisi délibérément d’y vivre seul. Cette expatriation volontaire et solitaire m’a permis de porter un autre regard sur le monde (et bien sûr, sur la France), un regard dépouillé des filtres économiques, sociaux, politiques, moraux et autres qui faussent la réflexion et l’appréciation. Filtres encadrant et limitant, me le rendant ce monde que j’aimais distant ; je ne m’y retrouvais plus, je devenais comme la plupart de mes compatriotes un peu trop critique destructif systématique, un peu trop râleur pessimiste au quotidien, un peu trop insatisfait chronique, un peu trop amputé de la joie (alors que tout devait me porter à l’optimisme). Quant à la France, à présent, loin d’elle, débarrassé par la distance du parasitage culturel et des tendances réductrices j’en vois depuis l’essentiel, je suis mieux pénétré de son essence, et, sans m’y plonger uniquement par le souvenir (lui aussi réducteur), je ne m’en rappelle que « le bon »  qui me faisait tant et me fait toujours l’aimer : des retrouvailles avec ma fille, une soirée télé (papa et maman dans leur petit fauteuil commun) ou une partie de cartes tous les trois, une randonnée en montagne, une baignade au lac, une franche discussion entre amis, une dégustation de vins et de fromages entres copains, et milles autres tranches de vie qui m’envolent dans un ciel de bonheur à chaque résurgence. Je ne peux penser la France en « sous-France »… en souffrance… Pas même envie de la penser en « sur-France »… Tout simplement en France ! C’est « ma » France… Mais c’est aussi ma Thaïlande, c’est aussi mon Afrique, c’est aussi mon Europe… Le monde est ma patrie !

Et à travers mon regard sur ce monde et cette France «  à moi »,  j’en arrive maintenant, en faisant le point loin des influences émotionnelles du présent et du passé, à savoir que le centre de toutes ces beautés est «  l’autre » à travers le partage de la magie de l’instant et qu’en fait le passé, brandissant les masques et les rôles de l’enjolivement et auquel l’éloignement me ramenait auparavant trop souvent a perdu toute l’importance, toute la consistance que lui donnait la nostalgie  : je le vis « hic et nunc » pleinement  quand j’y fais appel en souvenance puis je le laisse s’effacer quand j’en ai fini avec lui. Ainsi, le choix du lointain, et maintenant de la solitude, qui a toujours été le mien en commençant par le lointain (et souvent la solitude) où m’a mené ma vie professionnelle, n’est en rien une « fuite » un peu lâche, ni une esquive facile des obligations et contraintes de la vie familiale et sociale ; c’est une option mûrement réfléchie et adoptée en « style de vie ». Ainsi, la solitude par le détachement qu’elle m’apporte, même si cela peut paraître paradoxal, me rapproche de ceux que j’aime, qui eux aussi, comme le passé se sont dépouillés, épurés sous le regard vrai de l’esprit. Et je les connais maintenant pour ce qu’ils sont, en vérité : les piliers de mon amour.

Donc, dans une retraite paisible de solitude et de calme je m’habitue à vivre chichement, je m’habitue à ne vivre que dans le projet des prochaines créations en tous genres :le projet du prochain repas, du prochain dessin, de la prochaine sculpture… Les choses les plus simples prennent tranquillement leur vraie place, celle que je leur avais ravie par ma précipitation, par toute ma suractivité brouillonne… Leur vraie place ? La plus importante, celle de l’immobilité, du silence, de la tranquillité, de la sérénité… de la Paix.

Et pour conclure cette première page sur la solitude (j’en prépare une autre…) et de petites digressions sur les pays…, voici en conclusion, quelques lignes que m’a inspiré Henri Copin :

« … un de ces destins fait du choix un peu insensé d’une vie autre et ailleurs, en solitaire, en tête-à-tête avec soi-même, quand tout nous conseille de rester sur place. Dans le bonheur immobile de la solitude, ainsi trouvée, la perception du temps s’efface pour laisser place à un éternel présent, un présent lui aussi immobile d’où l’on peut congédier la mémoire désormais inutile et s’épancher dans la plénitude et la sérénité. Ainsi naît un « décivilisé », un peu mystique qui meurt à la France, à l’Afrique, à l’Europe, au monde afin de renaître en Asie, pour une vie nouvelle.

Voilà, je te quitte amie lectrice, ami lecteur heureux après ce moment de partage avec toi… On se retrouve bientôt pour d’autres… D’ici là, porte toi bien et prend bien soin de toi.

Jacques dit “MPH”

Marion

Marion

Bienvenue sur le blog lifestyle optimiste "De vous à Ma".
Moi c'est MArion, 32 ans, je vis à Grenoble, je suis hôtesse d'accueil depuis bientôt 3 ans et j'adore mon job. Je partage mon quotidien avec Indi (mon chien) et Kuka (ma chatte). #thesinglelife
Je me passionne pour le fitness, le yoga, la lecture et l'écriture, le make-up, le skin care, la musique, les fringues, et les séries télé entre autre.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voit tous les commentaires
Jacques Brivio
Jacques Brivio
1 mois il y a

Commun = comme un. De moi à toi, de toi à moi… De vous à Ma!

Jacques Brivio
Jacques Brivio
1 mois il y a

Merci de m’ouvrir les pages de DVAM pour celles de mon coeur…merci d’y ouvrir les pages de ton coeur … et d’y ouvrir les pages des coeurs de toutes celles et ceux qui prendront le temps de les feuilleter…

Loula
Loula
1 mois il y a

Super !!

5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x