En 2018, j’avais pris comme objectif pour l’année de ne pas manger de viande pendant 1 an. Et cela me paraissait impossible car s’il y a bien une chose que j’étais sûre d’aimer à l’époque c’était : LE SAUCISSON ! 😉 Alors, me décider à ne pas en manger pendant 1 an c’était un sacré challenge pour moi. Et pourtant, au bout de 3 mois je savais que j’étais devenue définitivement végétarienne et que je ne mangerai plus jamais de viande. Voici un article très personnel où j’explique pourquoi je ne mange plus de viande et ce qui m’a convaincue.

Attention je précise immédiatement TROIS points importants :

  1. Je n’ai pas écris cet article pour convaincre qui que ce soit de devenir végétarien ! Je souhaite simplement partager avec mes lecteurs une chose qui fait partie de moi et de ce que je suis ! Je suis convaincue que chacun est libre de manger ce qu’il veut, et qu’essayer de convertir une personne au végétarisme par la force est perdu d’avance !
  2. J’aime la viande ! Je me sens obligé de me justifier sur ce point-là comme à chaque fois que je dis que je ne veux pas d’enfants et qu’on me demande : « Tu n’aimes pas les enfants ? » Et bien pour la viande c’est pareil : j’ai choisis de ne plus en manger mais ce n’est pas pour autant que je ne me rappelle pas du goût d’une bonne côte de bœuf !
  3. Les informations, chiffres et données qui se trouvent dans cet article sont principalement issues du livre d’Hugo Clément ” Comment j’ai arrêté de manger les animaux”. Mais également d’études et articles disponibles sur le web.

En 2018 donc, je décide de ne pas manger de viande pendant 1 an car de plus en plus de professionnels de santé nous alarme sur les dangers d’une surconsommation de viande pour notre organisme, car la production de viande pollue la planète mais surtout et principalement parce que (appelez-moi BB !) j’aime les animaux ! Mais j’étais très loin de me douter de tout ce que j’allais découvrir en faisant des recherches :

Les effets de la consommation de viande sur le corps :

Je sais que pour tout amateur de viande, il est logique de défendre les vertus de l’alimentation omnivore. Outre le plaisir gustatif que procure la viande, cette dernière est riche en protéines (18g pour 100g), elle contient des acides aminées essentiels, des minéraux et elle est source de vitamine B. C’est pour cela que nombreux sont ceux qui estiment qu’une alimentation végétarienne équivaut à une alimentation carencée. Mais regardons de plus près les effets de la consommation de viande sur le corps ! Des études médicales démontrent que les végétariens encourent 40% de moins de risques de développer un cancer. La consommation de viande est spécifiquement liée aux cancers du côlon, de la prostate et même du sein. Pourquoi ? Car la viande contient de nombreuses substances cancérigènes (telles que les graisses et les amines hétérocycliques). Le cholestérol grand responsable des maladies cardiovasculaires est présent uniquement dans les produits d’origines animales (le taux de cholestérol d’un végétarien est de 1.6g/l celui d’un mangeur de viande 2.1g/l) !!! Il a été déterminé que manger deux portions par semaine de viande rouge, de viande transformé ou de volailles augmente de 7% le risque de contracté une maladie cardiaque*. Et vue que je suis loin d’être une grande scientifique je vous laisse lire l’article suivant publié par l’observatoire de prévention afin de découvrir les risques de maladie lié à la viande chiffres à l’appui :

Je prends le temps aussi de citer deux crises sanitaires catastrophiques dont les origines sont liées à la consommation d’animaux : la maladie de la vache folle et le COVID 19 !!!

Le documentaire The Game Changers, produit par Arnold Schwarzenegger, James Cameron et Lewis Hamilton met en lumière l’incidence de la consommation de protéines animales sur les performances sportives. Ce documentaire souligne en s’appuyant sur de très nombreuses études scientifiques que la consommation de viande a un impact négatif sur la performance sportive, sur la qualité de la circulation sanguine, sur la libido et même la qualité des érections. Tout décrire sur un seul article de blog me semble compliqué et serait beaucoup trop long mais je vous conseille ce documentaire tellement riche qu’il remonte même sur l’alimentation des gladiateurs ! 😉 Après l’avoir visionné j’étais d’autant plus convaincue qu’une alimentation végétarienne était le bon choix pour moi !  

Pour résumé au niveau de la santé, de nombreuses études scientifiques indiquent que la consommation de viandes augmente le risque de maladies incluant les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, la dépression et le cancer. Cesser ou diminuer la consommation de viande pourrait permettre de vivre en meilleure santé et plus longtemps, en plus de diminuer la dégradation de notre environnement causée par l’élevage intensif.

La pollution :

Il y a un sujet qui était très flou pour moi c’était l’impact de l’élevage des animaux sur la planète ! J’avais compris que cela polluait mais le pourquoi du comment restait assez flou … J’ai lu le livre du journaliste Hugo Clément « Comment j’ai arrêté de manger les animaux » et ce livre m’a grandement éclairé sur le sujet. Je vous partage donc quelques chiffres extraits du livre sur l’impact de l’élevage sur l’environnement pour vous aider à y voir plus clair :

L’élevage est responsable de 14.5% des gaz à effets de serre mondiaux (tous transports confondus= 14%). 70% de la surface agricole mondiale est utilisé par l’industrie de la viande et des produits laitiers et 63% de la déforestation de l’Amazonie est imputable à l’élevage bovin contre 5% pour l’exploitation du bois. Depuis 1970, la déforestation a causé la disparition de 60% des populations d’animaux sauvages. Un végétarien émet 3.81 kg de CO2/ jour là où une personne qui consomme 100g de viande/ jour émet 7.79 kg !!! 60% des émanations d’ammoniac proviennent de l’élevage. Pour produire 1kg de viande bovine= 15000 litres d’eau. Un français mange en moyenne 24.2 de viande bovine/ an = 363 000 litres d’eau = 6 bains par jour = 8 lessives par jour = 100 chasses d’eau par jour. Pour produire 1 kg de protéines animales, il faut fournir au animaux entre 7 et 12 kg de protéines végétales (blé, avoines, maïs, soja…). En réduisant leur consommation de viande de seulement 10%, les américains pourraient produire au moins 12 millions de tonnes de céréales pour la consommation humaine, de quoi nourrir 60 millions de personnes !!!

Tout cela donne matière à réfléchir sérieusement.

La maltraitance et la souffrance animale :

J’aime les animaux, tous les animaux et ce depuis mon plus jeune âge ! Je pense que les animaux méritent, comme la planète, un peu plus de respect. Mais je vous partage ici mes croyances profondes et je ne peux pas vous convaincre qu’une vie animale mérite mieux qu’une existence de peur, de torture et tout cela pour finir par être abattue sans égards. Je préfère donc à nouveau m’appuyer sur des chiffres et sur des faits avérés qui démontrent que les animaux sont sensibles voir intelligents.

Vaches : 300 millions abattues chaque année, systématiquement séparées de leurs veaux à la naissance, les vaches laitières ne produisant pas « assez » vont à l’abattoir. Les vaches disposent de capacités métacognitives : elles sont capables de résoudre un problème. Elles peuvent anticiper un évènement en fonction de leur expérience. Elles ont un lien très fort avec leur progéniture et sont capables de mettre en place des stratégies pour les protéger. Reconnaissent les humains gentils avec elles et se détournent de ceux qui leur font du mal.

Porcs : 1.4 milliard tués chaque année. 95% sont élevés en bâtiments sans accès à l’extérieur. Abattus en 120 et 180 jours alors que leur espérance de vie peut aller jusqu’à 20 ans ! Les porcs ont conscience d’eux-mêmes et sont capables d’utiliser un miroir pour trouver de la nourriture. Capacités cognitives très développées. Capable d’empathie envers les humains quand ils sont traités comme des animaux de compagnie. Ils élaborent des stratégies pour manipuler et tromper leurs congénères !

Volailles : 55 milliards tuées chaque année. 83% des poulets français proviennent de l’élevage intensif. Leur espérance de vie est de 10 ans mais ils sont tués en moyenne au bout de 40 jours. La volaille éprouve des émotions comparables à celles des humains comme le deuil, la peur ou la joie. Maitrise les bases de l’arithmétique de la physique et de la géométrie. Peut mémoriser jusqu’à 100 visages de ses congénères et s’en souvenir même après une longue séparation. Possède son propre langage.

Je ne suis pas partisane du discours de certains extrémistes qui considèrent qu’abattre un animal est un crime au même titre qu’abattre un humain ! Je comprends que pour certains peuples il faut tuer pour manger. Et je me dis que confronter à une situation où je serai sur le point de mourir de faim peut être que je serai capable de tuer un animal pour survivre. Mais je suis convaincue au plus profond de moi qu’il est temps d’améliorer les conditions d’élevage, les conditions dans les abattoirs et de réduire notre consommation individuelle de viande.

Alors oui en sachant tout cela et avec mes convictions profondes encrées en moi, aujourd’hui je n’ai plus honte de dire que je suis végétarienne. Quand je vois que je n’ai jamais été en aussi bonne forme physique et mentale que depuis que j’ai cessé de manger de la viande, je sais que j’ai fait le bon choix de vie ! Et je suis persuadée que si chacun réduisait simplement sa consommation de viande quotidienne on changerai le monde rapidement, on vivrait tous en meilleures santé et plus longtemps, la planète pourrait recommencer à respirer et les conditions d’élevages et d’abattages évolueraient rapidement.

MArion.

Sources :

*https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/31562-Maladies-cardiovasculaires-viande-rouge-charcuterie-poulet-eviter

Après avoir regardé le film the Game Changers disponible sur Netflix, rendez-vous sur la page web officielle du film. Elle est en anglais (n’hésitez pas à utiliser le très pratique Google traduction !) mais regorge d’informations très intéressante sur le sujet et vous donne même accès aux recettes présentes dans le film :

Je vous conseille vivement la lecture du livre d’Hugo Clément qui regorge de retour d’étude et de témoignages passionnants :

https://www.natureetdecouvertes.com/livres-loisirs/librairie-nature-science/ecologie-developpement-durable/comment-j-ai-arrete-de-manger-animaux-10239200

Rendez-vous également sur le site de PETA France pour en apprendre plus sur la condition animale :

Marion

Marion

Bienvenue sur le blog lifestyle optimiste "De vous à Ma".
Moi c'est MArion, 32 ans, je vis à Grenoble, je suis hôtesse d'accueil depuis bientôt 3 ans et j'adore mon job. Je partage mon quotidien avec Indi (mon chien) et Kuka (ma chatte). #thesinglelife
Je me passionne pour le fitness, le yoga, la lecture et l'écriture, le make-up, le skin care, la musique, les fringues, et les séries télé entre autre.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voit tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x